Conférence "Bamako+5" sur les enseignants contractuels

Date: 
27 oct 2009 - 29 oct 2009
Location: 
Bamako
Mali

    Co-organisée par l'ADEA, la Banque Mondiale, l'Internationale de l'Education et le Ministère de l'Education de Mali


1.Contexte

Les besoins en enseignants pour pouvoir atteindre les objectifs de l'Education pour tous (EPT) sont estimés à 2,4 millions (Institut de Statistiques de l'UNESCO/EPT). Il s'agit là, néanmoins, d'une estimation basse car l'examen des taux de déperdition variant de 5 à 8% selon les diverses hypothèses, donne les scénarios suivants :
  • " 2,7 millions enseignants pour un taux de déperdition de 5% 
  • " 3,2 millions enseignants pour un taux de déperdition de 6,5%
  • " 3,7 millions enseignants pour un taux de déperdition de 8%

    Associée au défi de fournir le nombre requis d'enseignants, se pose également la question de la capacité du corps enseignant à répondre à l'enjeu de la qualité. De fait, l'Afrique est confrontée à un certain nombre de défis/contraintes qui mettent à rude épreuve les capacités nationales à offrir un nombre suffisant d'enseignants qualifiés, notamment :
  • " des structures et ressources humaines limitées ;
  • " une pénurie ou un faible nombre de sortants des écoles secondaires ayant acquis les connaissances requises pour suivre des programmes de formation d'enseignants ;
  • " de trop rares programmes de formation orientés vers la préparation des enseignants, des chefs d'établissement et gestionnaires d'école ;
  • " des ressources budgétaires limitées pour assurer des salaires décents aux enseignants ;
  • " une rareté des méthodes alternatives/novatrices de formation des enseignants et de leur développement professionnel.
 
major-activity

Communiqué, Conclusions de la conférence, les Défis emergents et le discours de Clôture
  • COMMUNIQUE : Conférence "Bamako + 5" sur les enseignants contractuels, PDF
  • Conclusions de la conférence Bamako+5, Ahlin Byll-Cataria Secrétaire exécutif de l'ADEA, PowerPoint PDF
  • Quelques messages de la Conférence de Bamako + 5, Mamadou Ndoye, PowerPoint PDF 
  • Projet de discours de clôture du Ministre de l'Education, de l'Alphabétisation et des Langues Nationales, PDF

Communiqué de presse

  • Premier communiqué de presse, 23 octobre 2009, PDF
  • Communiqué de presse Ouverture de la conférence, Bamako, 27 octobre 2009, PDF

    Documents de la conférence
    Documents Word PDF 
  • Programme provisoire, PDF
  • Note conceptuelle, PDF (Version française)
  • Note conceptuelle, PDF (Version portugaise)
  • Rapport provisoire d'évaluation Bamako 2004, Jean Adoté-Bah Adotévi PD
  • Rapport technique : Atelier de suivi de la conférence sur les enseignants non fonctionnaires, PDF
  • Document cadre de la formation et du développement professionnel des ENF, PDF
  • Rapport Sénégal, PDF
  • Evolution de la scolarisation primaire depuis 2004, Jean Pierre Jarousse, PDF
  • Rapport Atelier ADEA BAMAKO, PDF
     
    Documents Powerpoints PDF
  • Les progrès réalisés dans l’éducation primaire depuis 2004 quant à l’achèvement des objectifs de l’EPT, PDF
  • Présentation BREDA : TTISSA constats majeurs et perspectives, PDF
L'une des grandes questions de politique éducative qui découle de la situation décrite ci-dessus est le recours à des enseignants contractuels/communautaires pour combler le fossé laissé par le manque d'enseignants. Dans la plupart des cas, les résultats obtenus par cette nouvelle catégorie d'enseignants sont très faibles, en raison d'un niveau académique et d'une formation souvent insuffisants, conjugués à des conditions d'emploi peu attractives. Par ailleurs, au lieu de constituer une mesure transitoire visant à pallier ce manque d'enseignants, le recours aux contractuels a été intensifié et se fait en un nombre toujours croissant. Dans certains pays, ces enseignants sont désormais plus nombreux que les enseignants fonctionnaires.

En novembre 2004, l'Association pour le Développement de l'Education en Afrique (ADEA), en partenariat avec la Banque Mondiale et l'Internationale de l'Education (IE), a organisé à Bamako une conférence dont le but était de traiter le problème du recrutement et de l'utilisation des enseignants contractuels dans les pays d'Afrique francophone. Un Consensus est apparu à la Conférence de Bamako connu sous le vocable de Consensus de Bamako qui reconnaît que

'l'utilisation d'enseignants contractuels offre plusieurs possibilités. Tous les pays ayant choisi cette voie ont enregistré des progrès considérables en matière d'effectifs. Cependant, le recours à des enseignants contractuels implique sans aucun doute des risques en matière de qualité de l'enseignement dispensé, de rétention et d'efficacité des personnels enseignants. Les pays doivent respecter un nombre minimum de critères en matière de recrutement, formation, contrats et conditions de travail. Il devient donc de plus en plus urgent de mettre en place un cadre permettant de résoudre les questions relatives au recrutement, à la formation, à la protection sociale et au suivi de la carrière de ces enseignants'. 

La Conférence a ainsi recommandé la mise au point d'un cadre politique visant à aider les gouvernements à intégrer et à offrir progressivement un développement professionnel destiné aux enseignants contractuels dans les pays concernés.

Un atelier de suivi s'est tenu en juillet 2007 à Dakar et a permis de rédiger des versions préliminaires de deux documents d'orientation pour accompagner les pays dans leurs efforts d'élaboration de politiques relatives aux enseignants contractuels :
 
2. Problématiques
Voir encadré 1 ci-dessous:

2.Encadré1: Problématiques
Le recours aux enseignants contractuels a soulevé et continue de soulever plusieurs interrogations à propos du recrutement, de la formation professionnelle et des conditions d'emploi. Si, pour l'essentiel, les pays concernés ont reconnu l'exigence d'un niveau académique minimal pour intégrer la fonction enseignante (diplôme de fin d'études secondaires de quatre années), la question du relèvement de ce niveau est actuellement posée au regard des progrès des connaissances et de scolarisation ainsi que des insuffisances constatées dans les performances de cette catégorie d'enseignants. Est-il pertinent et réalisable, compte tenu du vivier de candidats potentiels à l'enseignement primaire dans les pays concernés, de relever ce niveau aujourd'hui ou dans un futur proche?? Quelles en seraient les conséquences ? Une autre problématique liée au recrutement est celle du mode de sélection des candidats. Les concours basés sur des tests semblent bien garantir l'objectivité et la transparence de la sélection tout comme l'assurance de recruter les meilleurs candidats. Comment alors expliquer la persistance de modes de recrutement sujets à caution ? Peut-on identifier les meilleures modalités de recrutement et envisager leur harmonisation ?

L'absence ou l'insuffisance de formation initiale dans l'emploi d'enseignants contractuels a fait l'objet de nombreuses critiques mais les pays en cause ont effectué des progrès sensibles dans ce domaine. Toutefois, la durée de cette formation initiale reste un sujet de discussions qui tendent vers son allongement. En tenant compte des paramètres liés aux urgences et aux perspectives à long terme, comment estimer aujourd'hui la durée adéquate ?

Cette question ne saurait être isolée de celles des contenus et objectifs de la formation initiale. A cet égard, la problématique du socle minimal ou commun de compétences professionnelles indispensables pour l'exercice du métier doit être considérée. 

Quant à la formation continuée, peu de pays disposent d'un système fonctionnel, efficace et durable. Le recours circonstanciel à des approches traditionnelles sous forme de cours de formation, de séminaire ou de visites d'inspecteur n'arrive pas à répondre à la hauteur des besoins, ni à changer de manière significative les pratiques des enseignants dans les classes. C'est pourquoi les réflexions et les explorations s'orientent de plus en plus vers des processus de développement professionnel des enseignants axés sur des pratiques réflexives, des échanges et apprentissages entre pairs, le soutien pédagogique de proximité, etc. Peut-on repérer les dispositifs et processus les plus prometteurs en ce domaine, les mieux à même d'accompagner et de soutenir l'enseignant dans son exercice professionnel ? 

Dans ces nouvelles perspectives, le leadership d'établissement scolaire revêt une importance particulière en terme de création d'un environnement scolaire propice à la recherche de la performance à travers des évaluations périodiques, la reconnaissance du mérite, les cercles de qualité, l'animation et les conseil pédagogiques, le projet de développement scolaire, la mobilisation et la fédération des énergies et des ressources, etc. Alors, quelles stratégies pour promouvoir largement ce leadership d'établissement scolaire ? 

L'orientation de la formation continue vers le développement professionnel intègre également le renforcement de l'identité, de l'éthique et de la motivation des enseignants. C'est pourquoi les dispositifs à mettre en place ne peuvent ignorer des systèmes d'accréditation et de validation des acquis de cette formation tout comme l'impact dans l'avancement dans la carrière. Dans les contextes considérés, comment élaborer et mettre en œuvre de tels systèmes ? 

Les disparités dans les conditions d'emploi, notamment entre enseignants fonctionnaires et enseignants contractuels, sont difficilement vécues. La plupart des Etats se sont engagés à les supprimer progressivement dans le cadre d'une planification stratégique. Il semble que de tels engagements tardent à se concrétiser et se heurtent à divers obstacles, notamment budgétaires. Dès lors, il paraît nécessaire de promouvoir un dialogue large entre tous les acteurs et partenaires concernés (y compris internationaux dont le FMI et la Banque Mondiale) pour la recherche de solutions concertées afin de progresser dans cette voie. 

 

3. Objectifs 
Outre le suivi de la Conférence de Bamako de 2004, l'un des objectifs clé de cette conférence-ci est de comprendre l'ampleur du phénomène des enseignants contractuels dans les pays anglophones et lusophones d'Afrique et ce, dans le contexte global des réponses au manque d'enseignants pour l'EPT. La conférence offrira une tribune pour partager de bonnes pratiques relatives au recrutement, à la formation, à l'utilisation, au développement professionnel et à la gestion des carrières des enseignants.
 
4. Objectifs spécifiques
Cette conférence se propose d'atteindre les résultats suivants : 
  1. Faire le bilan des progrès réalisés dans les onze pays francophones ayant participé à la Conférence de Bamako de 2004, et des difficultés rencontrées, pour avancer vers l'adoption et la mise en œuvre des deux documents cadres de politique et de stratégies de développement professionnel et de gestion des carrières des enseignants 
  2. Partager les expériences réussies et les leçons à en tirer ;
  3. Elaborer de manière collégiale sur les politiques et stratégies à promouvoir pour un mode de recrutement adéquat des enseignants, y compris la maîtrise des données sur la demande et l'offre des enseignants ;
  4. Promouvoir le dialogue sur la mobilisation des ressources entre les différents acteurs et partenaires ;
  5. Promouvoir la concertation et la coordination des initiatives existantes sur le soutien aux enseignants ;
  6. Inciter et promouvoir les bonnes pratiques en matière d'harmonisation des statuts et des carrières des enseignants du primaire à partir des expériences pays.
Afin d'atteindre les objectifs mentionnés ci-dessus, on procèdera à un bilan exhaustif des études de cas et des documents existants sur la politique de développement professionnel et de suivi des carrières des enseignants. Des études sont en cours et leurs résultats devraient également alimenter les discussions. Enfin, des contributions diverses sont attendues des Groupes de Travail de l'ADEA, des partenaires au développement, de toutes les parties prenantes de l'action éducative, de la société civile, etc. 

5. Résultats 
Il a été fait appel à des animateurs, des modérateurs professionnels et des consultants pour faciliter le déroulement des travaux. Il s'agit d'experts africains. Les langues de travail seront l'anglais et le français. Les documents de travail seront également disponibles dans ces deux langues.
  1. Un bilan documenté du suivi de la Conférence de 2004 à Bamako ;
  2. Une analyse des leçons apprises à partir des expériences nationales sur le recrutement, la formation et le développement professionnel des enseignants contractuels ; 
  3. Des contributions élaborées pour la finalisation des deux cadres de politique proposés par l'ADEA sur (i) la formation et le suivi professionnel des enseignants contractuels et (ii) le suivi de la carrière, des possibilités d'avancement, des garanties de protection sociale et des droits et obligations des enseignants contractuels ;
  4. Des compréhensions partagées sur les stratégies et politiques de mobilisation des ressources en faveur du recrutement et de la formation des enseignants d'une part et du coût de l'intégration des enseignants contractuels dans la fonction publique d'autre part ;
  5. Des projets de réseaux et de partenariat pour l'échange et le partage en faveur du développement professionnel des enseignants, notamment par le biais des Pôles de Qualité Inter-pays ;
  6. Un rapport des débats de la Conférence.

6. Opportunités
La conférence déploiera des efforts concertés pour apporter des éclairages nouveaux à des questions considérées comme transversales et qui, au regard des avancées enregistrées pour les résoudre, participent du développement professionnel des enseignants. Les initiatives qui visent à atténuer les effets du VIH/SIDA, les difficultés de l'offre éducative dans des situations de fragilité et les préjugés du genre modifient progressivement le regard porté sur ces problématiques. Celles-ci ne sont plus considérées comme des obstacles mais des ponts pour pousser les enseignants à aller de l'avant. D'autres opportunités s'offrent plus clairement avec les technologies de la communication et l'information pour l'éducation (TICE) et le rôle des universités dans la formation et les diverses réformes.Cliquer ici pour plus d'information sur l'opportunuités