Accroître le personnel en charge des soins et de l’éducation de la petite enfance en Afrique subsaharienne par le biais du Pôle de qualité inter-pays de l’ADEA sur le développement de la petite enfance

Expanding Early Childhood Care and Education workforce in Sub-Saharan Africa through ADEA Inter-Country Quality Node on Early Childhood Development
S.E. Mme Leela Devi Dookun Luchoomun, ministre de l’Éducation et des Ressources humaines, de l’Enseignement tertiaire et de la Recherche scientifique de Maurice, ouvre officiellement la réunion. Crédit photo: PQIP-DPE | Retouche photo: ADEA

Les spécialistes en développement de la petite enfance (DPE) ont validé le guide pédagogique pour les praticiens du DPE et des enseignants de la petite enfance ainsi que ses outils d’application lors d’une réunion consultative d’experts organisée par le Pôle de qualité inter-pays sur le développement de la petite enfance (PQIP-DPE) de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) et le Réseau africain de la petite enfance (AfECN). Le guide pédagogique et d’application a été élaboré par l’AfECN pour être utilisé dans un contexte africain. La réunion s’est tenue du 6 au 8 juin 2017 à « Pearle Beach Hôtel », à Flic-en-Flac, à Maurice. Elle a rassemblé un groupe d’experts composé de 28 intellectuels internationaux et nationaux issus d’institutions et d’universités, ainsi que d’organismes de formation de premier plan (par exemple, l’Institut international de l’UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique, également connu sous le nom d’UNESCO-IICBA), d’organisations de la société civile et de responsables gouvernementaux du Kenya, du Lesotho, du Libéria, de Maurice, du Mozambique, du Malawi, du Nigeria, de l’Afrique du Sud et de la Zambie. Deux autres organisations – à savoir, l’International Step by Step Association (AISS) et l’Institut de résultats pour le développement (R4D) – ont également participé à la réunion de manière virtuelle.

Cette réunion, axée  sur la formation à l’éducation de la petite enfance et le développement des carrières dans ce domaine, a mis en exergue les éléments clés pour la formulation d’un plan d’action triennal visant à renforcer le personnel  pour faire avancer l’apprentissage préscolaire , en particulier dans les pays partenaires du PQIP-DPE de l’ADEA. Les participants ont également délibéré sur l’élaboration d’une note d’orientation et sur la nécessité de créer un écosystème pour la prestation d’un paquet de services de DPE de qualité et la mise en place d’une architecture de systèmes pour le perfectionnement du personnel chargé des soins et de l’éducation de la petite enfance (SEPE). Le Plan stratégique du PQIP-DPE, validé au cours de son premier comité de pilotage tenu en 2017 en marge de la Triennale de l’ADEA, vise à influer sur le développement des carrières, la conception de la qualification et la prestation de services de formation et, en conséquence, l’expansion des services ainsi que sur la qualité de la pratique sur le terrain.

S.E. Mme Leela Devi Dookun Luchoomun, ministre de l’Éducation et des Ressources humaines, de l’Enseignement tertiaire et de la Recherche scientifique de Maurice, a officiellement ouvert la réunion qui avait un triple objectif : i) discuter de l’élaboration d’un plan d’action triennal pour faire avancer un programme collaboratif de renforcement des capacités dans certains pays africains ; ii) convenir de la procédure de production d’une note d’orientation contextuelle sur la constitution d’un personnel en charge  d’effectifs de DPE adaptés aux besoins ; et iii) valider le guide pédagogique  révisé pour les praticiens du DPE et de formation des enseignants comportant des outils d’application à utiliser dans un contexte africain. Le ministre a fait référence à l’édition 2017 de la Triennale de l’ADEA qui s’est tenue à Diamniadio (Dakar) au Sénégal du 14 au 17 mars, au cours de laquelle les ministres africains de l’Éducation se sont engagés à accorder la priorité à l’apprentissage précoce en élargissant l’accès aux possibilités d’apprentissage préscolaire  de qualité pour tous. Elle a souligné la nécessité de partager des expériences de soins et d’éducation de la petite enfance enrichissantes et de haute qualité qui exigent évidemment des efforts concertés pour soutenir les capacités du personnel chargé des SEPE. S.E. Mme Luchoomun a salué l’esprit de collaboration des organisateurs qui ont réuni les pouvoirs publics et la société civile pour promouvoir des stratégies de DPE et a émis le vœu d’un plan d’action cohérent et collaboratif pour renforcer et améliorer les compétences du personnel africain en charge des SEPE.

Les sessions ont commencé par clarifier la nature intégrée du DPE, en identifiant les caractéristiques de la prestation de services des SEPE, ses lacunes et ses défis. Les participants ont identifié les caractéristiques d’un personnel efficace en ce qui concerne leurs profils par-delà les âges et les étapes de développement de l’enfant, ainsi que les outils utilisés pour le renforcement des  capacités, la gestion du personnel, l’inventaire des qualifications et des parcours professionnels du personnel en charge des SEPE.

Dans cette optique, le PQIP-DPE et l’AfECN, avec un réseau d’organisations de DPE en plein essor, sont tout à fait prêts à aborder la prochaine étape de l’initiative de renforcement des capacités de SEPE et organiseront conjointement le premier atelier de renforcement des capacités en ressources humaines prévu pour novembre 2017 à Maurice. L’UNESCO-IICBA contribuera à cette initiative en travaillant en étroite collaboration avec les parties prenantes pour renforcer les capacités des enseignants de la petite enfance partout en Afrique.