L’ADEA dirige une mission d’expert pour une évaluation par les pairs du Système d’information pour la gestion de l’éducation en Angola

Photo de groupe prise lors de l’évaluation par les pairs du SIGE à Luanda (Angola).
Crédit photo : GTGEAP-ADEA

Abidjan, 04 mai 2018 – L’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), à travers son Groupe de travail sur la gestion de l’éducation et l’appui aux politiques (GTGEAP), vient d’achever avec succès une évaluation du Système d’information pour la gestion de l’éducation (SIGE) du ministère de l’Éducation de l’Angola. Les principaux résultats de cette évaluation par les pairs seront un rapport détaillé sur le SIGE décrivant les mesures que le ministère de l’Éducation de l’Angola devra prendre pour pouvoir produire et utiliser des « statistiques de qualité ». 

Une équipe technique composée de représentants du GTGEAP-ADEA, d’un expert en SIGE du ministère de l’Éducation du Mozambique et d’un représentant de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) s’est réuni pour travailler à Luanda, du 16 au 23 avril 2018.  

En 2010, les ministres de l’Éducation de la Communauté de développement de l’Afrique australe ont approuvé les normes et standards du SIGE de la SADC ainsi que le Cadre d’évaluation des normes et standards de la SADC. Cet outil a été élaboré par les experts en SIGE de la région de la SADC afin d'évaluer les systèmes d’information pour la gestion de l’éducation afin de déterminer leur conformité ou non aux normes minimales de base. À ce jour, l’ADEA, en partenariat avec la SADC et d’autres États membres de la Communauté ainsi qu’avec le soutien de l’agence allemande de développement (GIZ), et de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a entrepris des évaluations en ayant recours à un système d’évaluation par les pairs au Botswana, au Swaziland, au Mozambique et maintenant en Angola. Ces évaluations par les pairs tirent parti de l’expertise locale existant au sein des ministères de l’Éducation de la SADC à travers leurs responsables du SIGE en tant que pairs évaluateurs.  

Le programme de la mission comprenait plusieurs réunions. Le secrétaire d’État chargé de l’Éducation, de la Formation et de l’Enseignement technique et professionnel, M. Jesus Joaquim Baptista, a présidé la réunion inaugurale. Il a annoncé la joie de l’Angola de recevoir l’équipe de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique, car le pays s’est efforcé de résoudre plusieurs de ses problèmes d’éducation au cours des derniers mois.   

Lors de la mission de huit jours en Angola, l’équipe a travaillé en étroite collaboration avec le Département de l’éducation et des statistiques du ministère de l’Éducation pour évaluer la capacité du département à produire et à utiliser des statistiques de qualité sur l’éducation et la formation. La mission a comporté des visites à plusieurs parties prenantes de l’éducation, au nombre desquelles figurent l’Institut national de la statistique et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Science, de la Technologie et de l’Innovation. L’équipe a également visité une école primaire rurale, l’école n°319, une école secondaire rurale, Musseque Cabele,et les bureaux provinciaux de l’Éducation dans la province de Bengo pour voir de ses propres yeux l’état d’avancement du SIGE au niveau local. La mission s’est terminée par une réunion de validation tenue le lundi 23 avril et au cours de laquelle les principales conclusions de l’évaluation par les pairs ont été présentées aux parties prenantes de l’éducation.  

Les principales conclusions de l’évaluation par les pairs ont montré que le ministère de l’Éducation de l’Angola semble certes produire des « statistiques acceptables » selon l’échelle du Cadre d’évaluation des normes et standards de SIGE de la SADC, mais il est indubitablement confronté à des problèmes de ressources et de processus. Le ministère a, en particulier, souligné la nécessité de former son personnel dans le domaine du SIGE. Lors d’une réunion parallèle, la ministre de l’Éducation, Mme Maria Candida Pereira Teixeira, a réitéré l’engagement de l’Angola en faveur de l’éducation et cité des cas où elle a personnellement constaté la nécessité de disposer de statistiques sur l’éducation pour la prise de décisions et en a tiré parti. L’ADEA est convaincue que les recommandations préliminaires formulées suite à l’évaluation par les pairs seront mises en œuvre. Il est recommandé, entre autres, que les responsables du SIGE du ministère de l’Éducation soient formés pour mieux s’acquitter de leur mission. Il a également été recommandé que le gouvernement angolais et ses partenaires accroissent les investissements dans le secteur du SIGE.   

La représentante de la SADC, Mme Lindiwe Madonsela, chargée du suivi, de l’évaluation et de l’établissement de rapports sur les programmes au Département de la planification des politiques et de la mobilisation des ressources, a présenté l’historique des normes et standards de SIGE de la SADC et du Cadre d’évaluation qui leur est associé. Elle a également noté que la nouvelle plateforme de saisie des données de suivi et évaluation de la SADC pourrait tirer une part considérable de l’amélioration de la production de données, qui devrait résulter des avantages à long terme de la réalisation d’une évaluation par les pairs des normes et standards du SIGE.