Changer le statu quo pour contrer l'analphabétisme : L'Alliance mondiale du livre ouvre de nouvelles voies vers l'alphabétisation mondiale

" 387 millions d'enfants manquent de compétences de base en lecture. Œuvrons à réduire ce chiffre à zéro ! "
Photo: Alliance mondiale du livre

Le 21 février, les célébrations de la Journée internationale de la langue maternelle nous rappellent que l’humanité parle environ 7.000 langues. Quelle merveilleuse diversité ! Plus de 7.000 mots pour désigner « l’amour », « l’enfant » et « la pluie ». Plus de 7.000 façons pour les enfants d’exprimer leurs aspirations et leurs expériences.

Pour les éducateurs, le manque de matériel de lecture dans un trop grand nombre de ces 7.000 langues présente des défis importants pour l’apprentissage par les enfants et la capacité des enseignants à enseigner. On apprend à près 40 % d’écoliers de l’enseignement primaire (soit 280 millions d’enfants à travers le monde) à lire dans une langue qu’ils ne parlent pas ou ne comprennent pas, retardant ainsi l’éducation de ces enfants de plusieurs années. La triste réalité est la suivante : une récente étude de l’UNESCO a montré qu’il est peu probable que plus de la moitié des enfants dans le monde acquièrent les compétences minimums en lecture et en mathématiques avant la fin de leur cursus d’enseignement primaire.

La solution est simple, mais pas facile

L’une des façons les plus économiques d’aider les enfants à réussir en lecture est étonnamment simple : fournir des livres appropriés en quantité suffisante (dans les langues que les enfants parlent et comprennent) dans chaque classe, pour chaque élève et pour chaque enseignant. Pour les enseignants, cette approche ne fait que renforcer leur aptitude à enseigner la lecture et d’autres disciplines.

Dans de trop nombreuses salles de classe à travers le monde, il peut n’y avoir qu’un seul manuel pour 5, 10, voire davantage d’enfants. Il peut même ne pas y avoir de titres en nombre suffisant dans une minorité de langues pour soutenir l’alphabétisation. Par exemple, au Malawi, pour 2.2 millions de locuteurs natifs du Tumbuka et 2.2 millions de locuteurs du Yao, l’on dénombre moins de 20 titres disponibles dans l’une ou l’autre langue pour apprendre à lire.

Rejoignez l’Alliance mondiale du livre pour transformer la manière dont fonctionne la chaîne du livre

L’Alliance mondiale du livre (GBA en anglais) est un partenariat d’organismes donateurs, d’institutions multilatérales et d’organisations de la société civile résolus à apporter des ouvrables à chaque enfant dans le monde d’ici 2030.

Toutefois, il ne s’agit pas simplement de créer des ouvrages. L’Alliance reconnaît que la solution à long terme réside dans des marchés locaux du livre prospères et la promotion d’une culture de la lecture. Pour aider ces marchés à se développer, l’Alliance s’attaquera aux écueils rencontrés tout au long de la chaîne du livre, allant de la création de titres à leur utilisation, en passant par l’accès, l’achat et la chaîne d’approvisionnement. Le pouvoir collectif résidant dans le partenariat permettra d’identifier des idées novatrices, de les tester et de reproduire des approches réussies dans les pays à faibles ressources et entre ceux-ci.

Imaginez un pays sans livres dans les langues que les enfants parlent et comprennent et qu’ils doivent apprendre à lire. Imaginez ensuite que l’avenir de ce pays où la demande de lecture est à la fois créée et satisfaite grâce à un environnement de publication locale prospère produisant et fournissant des livres même pour les enfants les plus défavorisés et, ce, même dans des langues négligées. Envisagez ensuite une salle de classe où il y a des livres aux mains de chaque enfant et où l’enseignant les aide à progresser sur la voie menant à l’alphabétisation et à l’apprentissage.

Les six étapes de la fourniture et de l’approvisionnement de la chaîne du livre: Approvisionnement, Accès, Élaboration, Gestion et distribution de la chaîne d’approvisionnement, Utilisation, Suivi et évaluation

Comment cela va-t-il se produire ?

La technologie. L’externalisation ouverte. La coordination. L’engagement local et le dévouement des communautés. L’Alliance lance plusieurs initiatives phares pour transférer un nombre accru de livres le long de la chaîne du livre aux mains des enfants désireux d’apprendre.

  • Cela commence par une Bibliothèque numérique mondiale (BNM). L’Agence norvégienne de coopération pour le développement (Norad) a commencé à révolutionner la manière dont toute personne peut, partout où elle se trouve, accéder à du matériel d’apprentissage de qualité pour apprendre à lire. À l’horizon 2020, la BNM envisage non seulement de raccorder les centres d’apprentissage existants, mais également d’héberger au moins 50.000 nouveaux titres dans 100 langues - en privilégiant les matériels de lecture pour la petite enfance dans les langues où peu ou aucun n'est pas actuellement disponible. Les livres seront alignés sur chaque année de développement du niveau d’alphabétisation pour les enfants âgés de 3 à 11 ans, en accordant la priorité aux langues là où il y a peu voire aucun matériel de lecture disponible. Les ressources seront disponibles en open source via le Web, sur mobile et pour l’impression ou la traduction – et, ce, sans frais pour l’utilisateur. L’Alliance a ouvert une voie pour accroître la disponibilité des titres jusqu'à 300 langues.
  • Cette initiative se poursuit avec la Campagne mondiale du livre (CML). En travaillant en partenariat avec les fournisseurs de médias sociaux et de supports numériques, en utilisant des outils de création d’utilisation facile, en externalisant les services de création et la traduction et en impliquant les communautés, All Children Reading-Grand Challenge for Development entend créer 50 livres pour chaque enfant et pour chaque année de scolarisation.
  • Il s’agit d’un changement dans la manière dont nous faisons affaires. L’externalisation ouverte et l’adoption des meilleures pratiques mondiales en matière de publication et de distribution peuvent changer le coût des livres. Les gouvernements et les donateurs sont des acheteurs importants de matériel de lecture pour les tous premiers niveaux, conjointement avec les marchés commerciaux. L’octroi de licences ouvertes réduit les coûts de 15 à 20 %. Le respect des normes entraîne une réduction des coûts de 35 à 40 % et les achats groupés ainsi que les tirages peuvent réduire les coûts de 25 à 30 %. En adoptant les meilleures pratiques et en coordonnant les efforts, les gouvernements et les donateurs peuvent devenir plus efficients et plus efficaces.
  • Elle est pérennisée par le biais des collaborations dans le domaine de l’édition. Les marchés locaux de l’édition constituent la pierre angulaire de l’augmentation du volume de titres de qualité élaborés au niveau local pour être distribués par le biais de la Bibliothèque numérique mondiale et d’autres canaux. Il est également essentiel d’établir des liens entre les auteurs locaux et les éditeurs au moyen de forums d’écrivains, de foires du livre, d’événements communautaires et de sites web.

Renforcer l’élan !

Il y a plusieurs façons de participer à la solution ! L’Alliance mondiale du livre s’adresse aux organisations, de grandes et de petites tailles, d’envergures mondiale et locale, pour qu’elles y adhèrent et apportent leurs compétences et efforts spécifiques pour parvenir à l’alphabétisation mondiale.

Favorisons une culture de lecture et permettons à tous les enfants de lire, d’apprendre et de se développer ! Veuillez faire vos commentaires ci-dessous ou nous contacter.