Groupe de travail sur le Développement de la Petite Enfance (GTDPE)

Contexte

Faire de la petite enfance une priorité pour l’Afrique Bien-être physique, compétences cognitives et linguistiques, et développement social et émotionnel, sont au coeur d’une approche du développement de la petite enfance (DPE). Les aptitudes des jeunes enfants et leurs capacités d’apprentissage sont améliorées par un environnement favorable, pendant les premières années de leur vie, notamment une alimentation adaptée, des soins médicaux et une stimulation de tous les instants. Ainsi, les programmes qui favorisent le développement optimal de l’enfant, du moment où il est conçu jusqu’à ses 8 ans, ont des effets durables et marquants sur sa vie.

Pourtant, les initiatives visant le DPE sont limitées, inégalement réparties et d’une qualité variable. La plupart des programmes sont conçus et soutenus par le secteur privé, des ONG et des organisations internationales. Mais ils sont plus ou moins pérennes du fait de l’inadéquation des ressources et de l’absence de cohérence, de coordination, de durabilité et de politiques à long terme. Ce constat est particulièrement vrai pour l’Afrique où la rareté des ressources, notamment pour l’éducation, signifie que tout investissement dans le DPE peut mettre en péril les engagements pris en faveur d’autres secteurs éducatifs. 

Il est grand temps que le premier des 6 objectifs de l’EPT, le DPE, soit pleinement intégré dans les processus de développement nationaux, de lutte contre la pauvreté et de création de richesse, comme une stratégie efficace pour promouvoir le développement durable et l’équité.

Qu’est-ce que le GTDPE ?

Créé en 1997, le Groupe de travail sur le développement de la petite enfance (GTDPE) entend influer sur les politiques, afin que celles-ci favorisent l’adoption d’approches intégrées propices au développement des jeunes enfants. Tribune informelle, il favorise la coopération et la collaboration entre organisations engagées dans la promotion du DPE en Afrique, les gouvernements africains, les réseaux sous-régionaux, les organisations bilatérales multilatérales, les académies.

Depuis 2007, le GTDPE est piloté par l’UNESCO-BREDA. Ses orientations sont définies par un comité directeur constitué de ministres africains représentant les États, d’organisations internationales incluant l’UNICEF, l’UNESCO, la Banque Mondiale, Save the Children, Aga Khan Foundation et le Groupe consultatif sur le DPE. Les principes suivants sous-tendent toutes les initiatives du GTDPE :

  • La phase critique du DPE débute avant la naissance et se poursuit jusqu’aux premières années de la scolarisation formelle.
  • Les différentes facettes du développement d’un enfant (affectives, sociales, cognitives, physiques et intellectuelles) sont interdépendantes et de même importance.
  • Les parents, ou personnes en charge de l’enfant, et sa famille doivent recevoir autant de soutien que l’enfant lui-même ;
  • Leur implication et celle des communautés sont indispensables à la mise en oeuvre d’une politique DPE et à l’offre de services DPE.
  • Les interventions DPE doivent respecter les pratiques et les convictions culturelles qui participent, dans chaque société, au développement de l’enfant.
  • L’engagement des pouvoirs publics est fondamental pour la mise au point et le développement des politiques DPE.
  • Des politiques spécifiques et trans-sectorielles, fondées sur un engagement en faveur d’un DPE holistique, ont davantage de chances de réussir.

Que fait le groupe de travail ?

Le groupe de travail s’efforce, en agissant en tant que catalyseur et animateur, de promouvoir l’élaboration et la mise en oeuvre d’une approche holistique et intégrée du DPE et de permettre aux décideurs d’agir de façon éclairée lorsqu’il s’agit des droits des enfants, de la naissance à huit ans. Il a pour mission de :

  • Sensibiliser et mobiliser l’opinion publique et les responsables politiques en faveur du DPE en Afrique.
  • Susciter la réforme, la mise en oeuvre et le suivi des politiques au niveau national.
  • Inciter toutes les parties prenantes à construire des partenariats, développer des réseaux, et échanger sur les grandes questions ayant un rapport avec le DPE.
  • Conduire à la production/gestion/diffusion de savoirs visant le renforcement des capacités et des connaissances.

Plaidoyer et sensibilisation

Le GTDPE utilise différents moyens, y compris les conférences régionales, pour sensibiliser l’opinion publique quant à la nécessité d’investir dans les toutes premières années de la vie. En novembre 2009, le GTDPE sous la présidence de l’UNESCO et le gouvernement du Sénégal, avec l’appui technique et financier de la Banque Mondiale, de l’UNICEF et de Save the Children, a organisé la 4ème Conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance, avec pour thème « De la politique à l’action : élargir l’investissement en faveur du DPE pour le développement durable ». Dans le communiqué final, les 700 délégués ont appelé les pays africains, les partenaires au développement et l’Union Africaine à accorder une plus grande priorité au DPE et à renforcer les politiques et les financements publics en faveur du développement du jeune enfant d’ici 2015. Suite à cela, l’Union Africaine a adopté le DPE comme 8ème priorité du plan d’action de la seconde décennie de l’Éducation en Afrique. En 2013, afin d’inscrire le DPE parmi les priorités absolues de l’après 2015, le GTDPE a mené, une campagne sur les médias sociaux (Facebook, twitter, blog).

Par ailleurs, le Pôle de Qualité Inter-Pays sur le DPE, à Maurice, couvrant 13 pays, avec comme objectif, la capacitation des pays dans le dialogue politique, la coopération entre les pays et l’optimisation des ressources pour le DPE, renforce l’action du GTDPE.

Appui aux politiques

Le groupe de travail a étudié et analysé les processus en jeu dans la formulation et l’introduction des politiques DPE dans trois pays (Ghana, Maurice et Namibie) ayant réalisé de réels progrès dans l’élaboration d’une politique de DPE trans-sectorielle. À l’issue de ce processus, trois pays d’Afrique de l’Ouest – le Burkina Faso, la Mauritanie et le Sénégal – ont sollicité le GTDPE pour les appuyer dans l’élaboration de politiques nationales.

Le GTDPE a identifié les bonnes pratiques en Afrique et a produit un guide diffusé dans toute l’Afrique afin d’influencer les décideurs et de pousser à la mise à l’échelle. Un guide pour la planification de politiques de DPE a été aussi produit pour servir de référence dans le domaine. Toutefois, le GTDPE plaide avant tout l’intégration des politiques de DPE dans les processus nationaux de développement en cours, comme les Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) ou les approches sectorielles (SWAP).

Actuellement, le GTDPE-ADEA travaille sur l’élaboration d’un document analytique « Approche communautaire : un impératif pour le DPE en Afrique, analyse et repères pour l’action ». Cette publication vise à aider les gouvernements et les partenaires à étendre les centres communautaires de DPE.

Leadership africain et création de partenariats

Le GTDPE contribue au renforcement des capacités et à la constitution d’un leadership africain dans le domaine du DPE, en apportant son appui au réseau de l’Université virtuelle de développement de la petite enfance (ECDVU) née d’une demande forte et ciblant le renforcement des capacités à travers la formation à distance. ECDVU est aujourd’hui géré par la coopération entre l’université de Victoria (Canada) et 2 universités africaines (Ghana et Nigeria). Le Pôle de Qualité Inter Pays basé à Maurice vient enrichir le paysage avec l’Initiative de Maurice pour l’Afrique.

Le GTDPE, avec l’appui de l’UNESCO, a noué un partenariat stratégique avec le secteur privé à travers les éditions Michel Lafon. Une collection de 12 livrets ‘Bouba et Zaza, Cultures d’enfances’ a été créée et publiée ; ils sont disponibles en français, anglais, portugais et kiswahili. Les expériences de ces personnages visent à développer, chez les jeunes enfants, des compétences de vie et de socialisation, en dehors du contexte familial. Elle s’adresse également aux plus grands enfants, aux parents et aux enseignants.

La création de réseaux et de partenariats tant au niveau régional que national est également soutenue par le GTDPE. Ainsi, un réseau régional des points focaux nationaux a été créé à l’issue de la conférence du Ghana en 2005 et tous les pays africains disposent d’une cellule nationale de coordination. Le GTDPE collabore également avec les autres groupes de travail de l’ADEA.

Recherche et développement des connaissances 

La différence entre le nombre et l’importance des études sur le DPE centrées sur l’Afrique par opposition à celles menées par l’Afrique, substantielle, conforte les activités de recherche menées par le GTDPE afin d’enrichir les connaissances sur le DPE et à prouver la nécessité d’investir dans le DPE.

Une place particulière est accordée à la question du VIH/SIDA dont les conséquences sont dévastatrices sur les très jeunes enfants et les enfants contaminés par leur mère, dont le nombre ne cesse de croître. Le GTDPE apporte son aide en appuyant les pays à concevoir des stratégies destinées à venir en aide aux jeunes enfants touchés par le VIH/SIDA.