Le GTENF partage les résultats préliminaires de la revue par les pairs au Burkina Faso

Nous avons rapporté dans nos précédents bulletins le lancement de l'exercice de revue par les pairs au Burkina Faso ainsi que les différentes étapes de la revue. Les résultats préliminaires de l'exercice sont maintenant connus.

Une analyse critique des informations recueillies a permis de constater que malgré des efforts considérables, la qualité de l’éducation au Burkina souffre de certains maux qui jouent sur son efficacité. Il ya en particulier :

  • La faible prise en compte du non formel et de l’informel dans le curriculum en construction ;
  • La faible mobilisation et adhésion autour de l’introduction de la professionnalisation dans les cursus scolaires afin de favoriser l’adéquation entre formation et emploi ;
  • La difficulté à cerner certains paramètres techniques liés aux curricula, et au continuum, aux approches, et à la formation des formateurs de sorte que le non formel soit pris en charge.

A la lumière de ces défis, l’équipe internationale a formulé des recommandations, en particulier les suivantes :

  • Associer effectivement les différents acteurs du formel, non formel et informel dans l’élaboration de curricula de chaque niveau ;
  • Créer des cadres de concertation en éducation aux niveaux national et décentralisé de manière à servir d’observatoire à la mise en œuvre efficace de l’arrimage et des autres initiatives de la reforme ;
  • Examiner les conditions de l’insertion d’une filière de formation des animateurs-facilitateurs du non formel  dans les écoles normales ;
  • Approfondir la réflexion pour l’élaboration d’un socle commun de  compétences  de base  qui faciliterait  la mise  en place et le fonctionnement de passerelles dans l’esprit d’un continuum qui intègre effectivement le non formel ;
  • Envisager une intégration progressive de la préprofessionnalisation dans le cycle primaire  en prenant en compte les capacités psychomotrices  des apprenants ;
  • Assurer l’enseignement préprofessionnel dans les 20% du curricula consacré aux connaissances du milieu de l’apprenant afin de l’adapter au contexte local et faciliter le passage de certains apprenants d’une forme d’éducation à l’autre.

Pour plus d’information, contacter Ibrahima Bah-Lalya, Coordonnateur du groupe de travail de l'ADEA sur l'Educaton non-formelle (GTENF), [email protected] ou [email protected]