Le pouvoir de l’éducation en matière de consolidation de la paix en Afrique

Copyright: UNICEF

ADDIS ABEBA/NAIROBI/DAKAR, le 1er JUIN 2016 – « Garantir un accès équitable à l’éducation est essentiel à la lutte contre les causes sous-jacentes des conflits et de l’instabilité en Afrique », ont déclaré ce jour les parties prenantes en prélude au Symposium panafricain sur l’éducation, la résilience et la cohésion sociale au Centre de conférences des Nations Unies à Addis-Abeba.

L’événement d’une durée de trois jours permet de partager les données probantes et les meilleures pratiques tirées du Programme de consolidation de la paix, d’éducation et de plaidoyer (PBEA) de l’UNICEF et du Pôle de qualité inter-pays sur l’éducation pour la paix, créé par l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA). Ce faisant, le Symposium s’emploiera à évaluer le degré auquel des politiques et des programmes inclusifs, équitables et innovants en matière d’éducation peuvent contribuer à la paix et au développement durables à travers le continent. Actuellement, trois enfants sur dix en Afrique vivent dans des environnements touchés par des conflits et sont exposés à de nombreux risques.

« La capacité de l’éducation à aider les enfants à se développer et à prospérer est bien établie. Mais, il est à présent aussi de notoriété publique que l’éducation peut prévenir les conflits et en réduire les impacts », a déclaré le Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe, Leila Gharagozloo-Pakkala. « Si les bonnes politiques et interventions sont en place, conjointement avec les investissements financiers idoines, l’éducation peut être une force motrice dans l’atteinte des Objectifs de développement durable ».

En Afrique subsaharienne, 36 pays sur 45 courent un risque de niveau moyen ou élevé de connaître des catastrophes d’origine humaine, taux le plus élevé au niveau mondial. En outre, au moins 327 millions d’enfants d’Afrique subsaharienne vivent dans des contextes de fragilité et la majorité du nombre estimatif de 29 millions d’enfants en âge aller à l’école primaire qui ne sont pas scolarisés se trouvent principalement dans des milieux fragiles et sont particulièrement exposés à des conflits ou en sont menacés.

« Nous devons réorienter les systèmes d’éducation et de formation en Afrique de manière à répondre aux besoins de connaissances, de compétences, de savoir-faire, d’innovation et de créativité nécessaires à la préservation des valeurs fondamentales du continent », a déclaré le Dr. Martial de Paul Ikounga, Commissaire de l’Union africaine aux ressources humaines, à la science et à la technologie. « Nous promouvrons ensuite le développement durable aux niveaux national, sous-régional et continental. »

Dans le cadre de l’Agenda 2063 dénommé « L’Afrique que nous voulons », la Commission de l’Union africaine prévoit que d’ici à 2020 « toutes les armes se tairont et l’on cultivera chez les enfants et les jeunes d’Afrique une culture de paix et de tolérance grâce à la paix. »

Oley Dibba-Wadda, la Secrétaire exécutive de l’ADEA, considère l’éducation comme « un outil essentiel contre toutes sortes de violence » et lance un appel pressant aux gouvernements africains pour « élaborer et soutenir des approches et des stratégies intégrées, pacifiques et inclusives qui facilitent la mise en œuvre d’un programme intégré sur la non-violence, la tolérance et la paix, en particulier pour la jeune génération ».

Cet événement de haut niveau qui se tient à Addis-Abeba et auquel participent les ministres de l’Education issus de 16 pays africains, y compris des Etats en proie à des conflits, se terminera par des recommandations concrètes sur la façon de renforcer les politiques et programmes du secteur de l’Education en Afrique pour faire face aux risques encourus par les enfants et soutenir la paix et le développement durables partout en Afrique. Le Symposium fournira également des données probantes pour éclairer les stratégies de financement et les priorités d’investissement aussi bien des donateurs  que du secteur public.

« L’éducation peut jouer un rôle à la fois de protection et de prévention. Ce faisant, son pouvoir est transformationnel et sert de dividende de la paix, permettant de réduire les inégalités et les griefs entre les groupes et de renforcer la cohésion sociale », a déclaré le ministre éthiopien de l’Education, Ato Shiferaw Shigute.

The symposium is co-organized by the Federal Democratic Republic of Ethiopia’s Ministry of Education, UNICEF, the Association for the Development of Education in Africa (ADEA), and the Inter-Country Quality Node (ICQN) on Peace Education.

Note à l’intention des éditeurs

Le Programme de consolidation de la paix, d’éducation et de plaidoyer (PBEA), ou le « programme Apprendre pour la paix », est financé par le gouvernement néerlandais et géré conjointement par l’UNICEF et les gouvernements partenaires en Afrique orientale et australe, ainsi qu’en Afrique occidentale et centrale. L’initiative est à présent dans sa dernière année de mise en œuvre et viendra à son terme à la fin du mois de juin 2016.

A propos de l’ADEA et du PQIP sur l’éducation pour la paix

L’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) est un réseau qui rassemble des ministères de l’Education, des partenaires au développement et d’autres parties prenantes de l’éducation pour coordonner les efforts visant à élaborer des politiques éducatives probantes et transformatrices en s’appuyant sur un leadership africain efficace. Les PQIP sont établis avec l’approbation du Bureau des ministres africains de l’éducation de l’ADEA et servent de catalyseurs dans le processus de compilation d’informations sur les expériences éducatives innovantes et de capitalisation de ces expériences pour améliorer les programmes des pays. Le PQIP sur l’éducation pour la paix rassemble les pays africains pour partager leurs expériences et s’instruire mutuellement sur la promotion de la paix par le biais du secteur de l’éducation.

Pour de plus amples informations sur l’ADEA et le PQIP-EP, veuillez visiter le site suivant : www.adeanet.org

À propos de l’UNICEF 

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de tous les enfants, dans tout ce qu’elle entreprend. Ensemble avec nos partenaires, nous sommes à l’œuvre dans 190 pays et territoires pour traduire cet engagement en action concrète/ L’UNICEF déploie des efforts particuliers pour atteindre les enfants les plus vulnérables et exclus et, ce, au profit de tous les enfants partout dans le monde. www.unicef.org

Pour de plus amples informations, veuillez contacter : 

  • Thierry Delvigne-Jean
    Responsable régional de la communication (UNICEF Afrique occidentale et centrale)
    E-mail : [email protected]
    Tél. : +221 77 819 2300
  • James Elder
    Responsable régional de la communication (UNICEF Afrique orientale et australe)
    E-mail : [email protected]
    Tél. : +254 71558 1222
  • Wossen Mulatu
    Chargée de communication (UNICEF Ethiopie)
    E-mail : [email protected]
    Tél. : +251 911308483
  • Stefano De Cupis
    Chargé supérieur de communication (Association pour le développement de l’éducation en Afrique, ADEA)
    E-mail :  [email protected]
    Tél. : (+225) 2026.4261
  • Ahmedsiraj Misbah
    Directeur par intérim de la communication (ministère éthiopien de l’Education)  
    E-mail : [email protected]
    Tél. : +251 91 397 7460