Le PQIP de l’ADEA sur l’enseignement et l’apprentissage et le Réseau pour l’évaluation d’apprentissage africain réalisent des avancées à Saly

Le PQIP de l’ADEA sur l’enseignement et l’apprentissage et le Réseau pour l’évaluation d’apprentissage africain réalisent des avancées à Saly
Première réunion conjointe de planification du Pôle de qualité inter-pays sur l’enseignement et l’apprentissage (PQIP-EA) et du Réseau pour l’évaluation de l’apprentissage en Afrique (NALA). Crédit photo: ADEA

15 - 18 juin Saly Portudal, Sénégal - Trente participants à la première réunion conjointe de planification du Pôle de qualité inter-pays sur l’enseignement et l’apprentissage (PQIP - EA) et du Réseau pour l’évaluation de l’apprentissage en Afrique (NALA) ont  convenu d’œuvrer à ce qu’en l’espace de cinq ans « Une masse critique d’expertise en matière d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation soit développée et les données soient rigoureusement exploitées pour améliorer l’enseignement et l’apprentissage » .

L’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) et le ministère de l’Education du Sénégal ont co-organisé cette réunion financée par l’USAID en guise de suivi au lancement en février 2016 du PQIP-EA à Kigali,  sous l’égide du ministère de l’Education du Rwanda. La réunion a également fait suite à la dernière réunion organisée par le Task Force sur la métrique de l’apprentissage (LMTF) tenue au mois de février 2016 à Livingstone, en Zambie,. Lors de cette réunion, le relai a été passé à l’ADEA pour ce qui est de la coordination et du leadership des Champions de l’apprentissage africains, rebaptisé le Réseau pour l’évaluation de l’apprentissage en Afrique (NALA). La réunion de planification organisée à Saly visait à mettre en place les structures de gouvernance pertinentes et à élaborer un plan pour guider aussi bien le travail du PQIP que celui du NALA.

Les parties prenantes de l’éducation composées des pays membres que sont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Rwanda, le Sénégal et la Zambie ; des réseaux régionaux d’évaluation que sont  le SACMEQ et le PASEC ; d’entités travaillant dans le domaine des évaluations pilotées par les citoyens tels que le COSYDEP and TWAWEZA ; de partenaires de coopération au développement tels que l’UNICEF and le Brookings Institution ; et de l’ADEA ont partagé de précieuses expériences. Au nombre de celles-ci figuraient les avantages et les défis liés aux évaluations nationales et à celles menées par les citoyens, l’harmonisation des évaluations de l’apprentissage par le biais d’un cadre d’indicateurs communs et le rôle des évaluations en matière de promotion de l’intégration régionale.

S’appuyant sur la théorie du processus de changement et travaillant au sein de deux groupes (le groupe francophone et le groupe anglophone), les participants ont identifié cinq grands domaines prioritaires : i) l’inventaire de la situation actuelle des pays (à savoir les données de référence, l’analyse de la situation) ; ii) l’élaboration d’un cadre de suivi et évaluation ; iii) l’utilisation des données pour la prise de décisions ; iv) l’intégration des TIC dans les évaluations de l’apprentissage ; et v) la création d’un Institut africain d’évaluation de l’apprentissage. La réunion a affiné davantage, dans chaque domaine prioritaire, les activités à mettre en œuvre avec les stratégies, les résultats, les indicateurs et les délais correspondants dans un plan de travail consolidé. L’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) coordonnera l’élaboration d’un plan stratégique intégré, qui sera soumis au Bureau des ministres. Pour finir, les pays membres du PQIP et du NALA ont également été encouragés à faire la promotion du plan - une fois finalisé et approuvé – auprès des autres pays et partenaires.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Shem Bodo, Chargé supérieur de programmes de l’ADEA ([email protected]) ; Emmanuel Muvunyi, Coordinateur du PQIP - EA ([email protected]) ; Mame Ibra Ba ([email protected]) et Angel Kaliminwa ([email protected]), respectivement points focaux du NALA pour le Sénégal et la Zambie.