Notre voix commune, notre succès commun : L’ADEA lance un nouveau Plan stratégique et un nouveau Pôle de qualité inter-pays sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique au Sénégal

Le ministre sénégalais de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et Président du comité directeur de l'Association pour le développement de l'éducation en Afrique (ADEA), Prof. Mary Teuw Niane a lancé avec succès le nouveau plan stratégique de l'ADEA (2018-2022) et le Pôle de qualité inter-pays dirigé par le Sénégal sur l'Enseignement supérieur et la Recherche scientifique. Droits d'auteur: ADEA

Le vendredi 5 octobre 2018, le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du Sénégal et Président du Comité directeur de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), l’honorable professeur Mary Teuw Niane, a lancé avec succès le nouveau Plan stratégique de l’ADEA (2018-2022) et le nouveau Pôle de qualité inter-pays sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique dirigé par le Sénégal. S.E. professeure Sarah Anyang Agbor, Commissaire de l’Union africaine chargée des ressources humaines, de la science et de la technologie (CUA-RHST), a honoré de sa présence la cérémonie qui a enregistré une forte participation, en compagnie de Dr. Edgar Moyo, Ministre adjoint de l’Éducation primaire et secondaire du Zimbabwe, et de M. Adama Jimba Jobe, Secrétaire permanent adjoint au ministère de l’Éducation de base de la Gambie. Cet événement majeur s’est déroulé en marge du Salon de l'innovation dans le secteur de l'éducation en Afrique de l’Union africaine qui s’est tenue du 4 au 6 octobre 2018 au Centre international de conférences Abdou Diouf (CICAD) à Diamniadio (Sénégal). 

Le cocktail – animé par M. Shem Bodo, Secrétaire exécutif par intérim de l’ADEA, et Mme Raky Gassama, Chargée de la gestion des connaissances – a enregistré la participation de plus de 130 représentants issus des gouvernements africains, des représentants des missions diplomatiques au Sénégal, des organismes de coopération au développement, des rangs des innovateurs, des organisations de la société civile et des organisations de jeunesse, des organisations du secteur privé et des médias. Mme Ivy Mwai, Chargée de programme principale auprès de la Fondation MasterCard (MCF), a également présenté un aperçu de l’étude sur l’enseignement secondaire en Afrique (ESA), à laquelle l’ADEA a contribué en termes d’engagement avec les jeunes et les décideurs africains. 

Commençant par le lancement du nouveau Plan stratégique, M. Bodo a retracé la genèse de la création de l’ADEA, sa réinstallation en Afrique et sa vision, sa mission ainsi que sa pertinence continue pour la transformation du paysage africain de l’éducation et de la formation. Il a en outre indiqué l’orientation stratégique actuelle du Plan stratégique se déclinant en deux piliers stratégiques fondamentaux, à savoir : la Plateforme continentale de l’éducation et les Services de conseil et d’appui à l’exécution, notant que la Stratégie continentale de l’éducation pour l’Afrique 2016-2025 (CESA 16-25) de l’Union africaine constitue le fondement des deux piliers. À cette fin, M. Bodo a déclaré que : « L’ADEA contribuera à donner aux pays africains les moyens de développer des systèmes d’éducation et de formation qui répondent à leurs besoins émergents et suscitent la transformation socioéconomique durable de l’Afrique, en s’appuyant sur ces deux piliers stratégiques continentaux et nationaux qui s’alignent sur la CESA 16-25 et l’Objectif du développement durable (ODD) 4 ».

La Plateforme continentale de l’éducation comprend trois initiatives stratégiques (à savoir, le renforcement du réseau de PQIP, la création et l’opérationnalisation d’un Centre de connaissances et l’organisation de forums des parties prenantes de haut niveau) tandis que les Services de conseil et d’appui à l’exécution comprennent cinq initiatives (à savoir, la collecte de données et les outils de diagnostic, l’élaboration de politiques fondées sur des données factuelles, la prestation de services et la mobilisation des ressources, le leadership et la gestion, ainsi que le suivi de la réforme politique).

Dans la perspective du lancement du nouveau Pôle de qualité inter-pays de l’ADEA sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique (PQIP-ESRS), l’objectif global de ce PQIP est d’aider les ministres de l’Enseignement supérieur et/ou de la Recherche à prendre l’initiative de formuler et de mettre en œuvre des politiques et stratégies pour un enseignement supérieur et une recherche efficaces en Afrique. Ce PQIP mettra l’accent sur le perfectionnement professionnel des enseignants, la réussite des élèves et la création d’un environnement propice à une recherche de qualité et au développement de l’innovation.

Procédant au lancement officiel du PQIP, professeur Mary Teuw Nianne a exprimé sa satisfaction quant à la décision de l’ADEA d’aider le Sénégal à mettre en place un PQIP sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Il a exprimé le vif désir du Président Macky Sall et du Premier ministre Mahammed Dionne de « faire de l’enseignement supérieur et de la recherche un levier du développement économique, social et culturel du Sénégal ». Il a fait observer que bien que les innovations émanant de l’Afrique soient importantes car elles commencent à produire des résultats, leur efficacité peut être décuplée si elles sont mises en commun sur l’ensemble du continent. C’est cette vision et la conviction que « la qualité doit sous-tendre nos réformes et nos innovations malgré les difficultés inhérentes au fonctionnement des systèmes d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation » qui explique l’intérêt du Sénégal à soutenir l’ADEA dans son rôle de champion et de leader du nouveau PQIP. Hébergé par un pays dont l’engagement en faveur du développement de l’éducation en Afrique est reconnu, le nouveau PQIP permettra de créer des synergies entre différents pays. Une telle plateforme permettra également de créer un environnement d’apprentissage pour l’identification, la documentation, l’analyse, la diffusion et le partage systématiques des enseignements que les pays africains tirent du processus d’application des enseignements tirés. Professeur Mary Teuw Nianne a souligné que l’ADEA contribue à la cohérence des réformes en cours dans les différents systèmes d’éducation, de formation et de recherche des pays africains, en accordant une place de choix à la formation, à la recherche et à l’innovation dans toutes les approches nationales et régionales.

Le Président du Comité directeur de l’ADEA, le ministre Mary Teuw Niane, a déclaré que : « Ce PQIP sera un forum intergouvernemental de dialogue politique et d’action concertée entre les ministres africains de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et les partenaires stratégiques pour promouvoir l’enseignement supérieur et la recherche de qualité dans leurs pays respectifs en particulier et en Afrique en général ». Au cours de la cérémonie de lancement, le gouvernement du Sénégal a également exprimé son intérêt et son engagement à promouvoir et à diriger le PQIP. Professeure Sarah Anyang Agbor et professeur Mary Teuw Niane ont souligné conjointement l’importance d’avoir un tel PQIP ainsi que les objectifs fixés dans le Plan stratégique 2018-2022 de l’ADEA. « La mise en œuvre est la clé du succès de l’Afrique », ont-ils réaffirmé à l’unanimité. Professeure Agbor s’est félicitée de la décision de l’ADEA d’aligner le Plan stratégique sur la CESA 16-25, faisant remarquer que cela renforce la position de l’ADEA comme organisme technique de la Commission de l’UA.

La présentation spécifique de Mme Ivy Mwai sur l’initiative de l’Enseignement secondaire en Afrique (ESA) et ses premiers résultats a refermé l’événement de l’ADEA. Une brève vidéo produite et diffusée par l’ADEA avant la clôture officielle de l’événement a mis en lumière quelques opinions de jeunes sur cette initiative fondamentale.

Pour en revenir au Salon de l'innovation dans le secteur de l'éducation en Afrique, la Commission de l’Union africaine, en collaboration avec le gouvernement de la République du Sénégal et ses partenaires à travers l’Afrique et au-delà (à savoir l’ADEA, le FAWE, la Fondation Ford, la GIZONE, le Plan InternationalSave the Children et l’USAID), a organisé ledit Salon pour présenter les innovations techniques et sociales dans chaque domaine de l’éducation et de la formation. L’objectif du Salon était de mettre en place une plateforme multisectorielle pour le partage d’expériences sur les innovations pertinentes qui s’attaquent aux défis de l’éducation en Afrique. L’événement visait également à accroître la visibilité de ces pratiques innovantes, afin de susciter un soutien et de catalyser la transposition à plus grande échelle et la réplication.

Lors de la cérémonie d’ouverture, l’invité d’honneur, le Premier ministre du Sénégal, Mahammed Boun Abdallah Dionne, a relevé que le fait que le Sénégal accueille des événements majeurs tels que le Salon, le lancement du Plan stratégique 2018-2022 de l’ADEA et le PQIP sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, ainsi que l’édition 2017 de la Triennale de l’ADEA est un signe de confiance accordée au pays. Il s’est dit confiant qu’avec le pool d’experts d’Afrique et d’ailleurs, les fruits du Salon seront prometteurs pour le développement du continent africain par l’éducation, la science, la technologie et l’innovation.

Plusieurs orateurs de premier plan ainsi que des fonctionnaires et quelque 450 participants, issus des ministères africains de l’Éducation et de la Formation, du monde universitaire, du secteur privé, des organismes de coopération au développement, des rangs des innovateurs, de la diaspora, de la société civile et des organisations de jeunesse, ont participé au Salon. Professeure Sarah Anyang Agbor, Commissaire de l’Union africaine chargée de la RHST, professeur Mary Teuw Niane, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du Sénégal, et M. Balagatia Arone, Ministre de l’Éducation de base du Botswana, ont accompagné le Premier ministre du Sénégal. À ceux-ci s’ajoutent Mme Mazieki Amara Ali, Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique de la République centrafricaine, Dr. Beatrice Njenga, Chef de la Division de l’éducation de ka CUA-RHST, et M. Shem Bodo, Secrétaire exécutif par intérim de l’ADEA. 

Étaient également présents M. Jerome Morrissey, PDG de l’Initiative mondiale en faveur de l’informatique dans les écoles et dans les communautés (GeSCI), Dr. Rudo Kayombo, Directeur exécutif de ONE Campaign Africa, Dr. Paschal Anosike, Directeur du Centre pour l’entreprenariat et le leadership en Afrique (CELA), Dr. Callistus Ogol et Dr. Yohannes Woldetensae, Experts principaux de l’Éducation de la CUA et M. Pape Samb, Directeur exécutif de Ashoka Africa.

Le personnel de l’ADEA a contribué à cette importante exposition à plusieurs niveaux, allant du rôle d’orateur principal et de modérateur à celui d’organisateur. M. Bodo, par exemple, a été l’un des principaux invités de la séance d’ouverture et lors de la table ronde sur le thème « Innover pour atteindre les objectifs de la CESA 16-25 et les cibles de l’ODD 4 », il a saisi l’occasion pour mettre en exergue deux innovations importantes de l’ADEA dans le domaine de l’éducation et de la formation en Afrique, à savoir : le Centre de connaissances et le Fonds africain pour l’éducation (FAE). En ce qui concerne la table ronde sur le thème « La technologie au service de la prestation de services éducatifs et de la gestion de l’enseignement : cas du SIGE et de l’EdTech », M. Simba Dzinoreva, Analyste de programme au sein du Task Force sur la gestion de l'éducation et l'appui aux politiques (TFGEAP) de l’ADEA et l’un des principaux intervenants de cette table ronde stimulante, a présenté une application basée sur le téléphone mobile permettant de surveiller la présence/l’absentéisme des enseignants et des apprenants à travers deux études de cas à eSwatini et en Namibie. En ce qui concerne la session parallèle 6 sur le thème « Améliorer l’accès des femmes et des filles à l’éducation », Mme Chemwi Mutiwanyuka, Analyste de programme au sein du TFGEAP de l’ADEA, a présenté avec brio la méthodologie axée sur les histoires du Changement le plus significatif (MSC) qui est une initiative conjointe de l’ADEA et du FAWE pour encourager des pratiques sensibles au genre dans l’éducation et la formation. En outre, le stand de l’ADEA a également attiré plusieurs participants désireux d’en savoir plus sur l’Association, son nouveau Plan stratégique, sa mission, ses activités et ses partenariats.

En résumé, lors de du Salonde l'innovation dans le secteur de l'éducation en Afrique, les innovateurs africains ont partagé de grandes idées sur la réalité virtuelle (RV), le codage, la réponse vocale interactive, la technologie mobile montée sur les camions, etc. Tous les principaux partenaires du Salon se sont engagés à soutenir, développer, reproduire et accroître la visibilité des meilleures pratiques innovantes dans l’éducation et la formation en Afrique. 

Professeure Sarah Anyang Anyang Agbor, Commissaire de la CUA, a déclaré que : « L’engagement et la mise en œuvre sont les maître-mots ici ! La lumière se fait de plus en plus éclatante grâce à ce Salon, car une éducation innovante est indispensable à la mise en œuvre de la CESA, de la stratégie relative à l’EFTP pour l’Afrique, de l’Agenda 2063 pour l’Afrique et du Programme universel 2030 ».

En ce qui concerne le Prix de l'innovation dans le secteur de l'éducation en Afrique, le premier prix d’un montant de 100 000 dollars EU a été décerné à Dext Technology du Ghana, mais les 50 innovateurs présents ont tous reçu des certificats de reconnaissance et les meilleurs vœux personnels de représentants clés de haut niveau.

Pour finir, professeure Agbor et professeur Niane ont rappelé aux participants l’importance à ce moment précis de la mise en place du Fonds africain pour l’éducation de l’ADEA ainsi que du PQIP-ESRS au moment de la clôture du Salon, et ont invité tous les participants au Botswana à l’occasion de l’édition 2019 du Salon de l'innovation dans le secteur de l'éducation en Afrique.

===============================

Plus de photos sont disponibles à l'adresse suivante: https://www.flickr.com/photos/adea_photo_gallery/albums/72157701267454001

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

  • Shem Bodo, Secrétaire exécutif par intérim, ADEA, T. (+225) 2026 4262, [email protected]
  • Malick Sow, Secrétaire général, ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du Sénégal, [email protected]

Contact avec les médias :

  • Stefano De Cupis, Chargé de communication principal, ADEA, T. (+225) 2026 4261, [email protected]