Moustapha Sall

Coordinateur du PQIP-ESRS
Moustapha Sall est Conseiller technique au Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, professeur Assimilé en Archéologie et ethnoarchéologie au Département d’Histoire de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Cheikh Anta de Diop de Dakar (Sénégal) et responsable pédagogique de la Licence Professionnelle en Gestion des Patrimoines (GESPA), du Master Interuniversitaire en Gestion et Conservation du Patrimoine (MIGECOP). Titulaire d’un Doctorat en Philosophie et Lettres, option Histoire de l’Art et Archéologie à l’Université Libre de Bruxelles et de deux diplômes supérieurs (DESUP et DESS) en Sciences Sociales du Développement, ses recherches sont axées, entre autres, sur l’étude du Peuplement et des identités en relation avec la culture matérielle et le patrimoine culturel en Sénégambie. Depuis 1996 il mène des recherches dans le Centre-ouest (delta du Saloum avec les amas coquilliers) et le Sud-ouest (Casamance) du Sénégal où il s’est beaucoup intéressé aux différentes interactions entre les groupes culturels locaux (Baynounk, Diola et autres) et les appuie à documenter, préserver et promouvoir leurs patrimoines. Chercheur invité au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC) de l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (France), avec la Bourse de chaire du programme « Jean d’Alembert » Idex Paris Saclay, il étudie les éléments matériels et patrimoniaux de la reformulation des relations culturelles entre la Sénégambie et l’espace atlantique à travers les survivances des esclaves baynounk et les attributs de la négociation culturelle de l’identité mouride à l’international. M. Sall est très actif au niveau des associations internationales (Président de la commission « Environnement et sociétés africaines du néolithique à nos jours » de l’Union Internationale des Sciences Protohistoriques et Préhistoriques (UISPP), membre du Conseil pour le Développement de la Recherche en Sciences Sociales en Afrique (CODESRIA), de l’Association Panafricaine de Préhistoire et Disciplines Assimilées (PANAF), de la Society of Africanist Archaeologist (SAFA) et de l’ICOMOS.