L’ADEA contribue à une revue des performances du système éducatif angolais

Revue par les pairs en Angola : La mission de l’ADEA en pleine séance de travail dans une classe de la province de Bengo, municipalité de Dande | Crédit photo : équipe de pairs | Retouche photo : ADEA

Sur invitation du Ministre de l’Education nationale de l’Angola, une équipe de pairs s’est rendue dans ce pays, du 22 octobre au 6 novembre 2016 pour y accomplir une revue des performances du système éducatif angolais. L’activité entre dans le cadre de l’exécution des termes du Mémorandum passé, le 17 juillet 2015, entre son Excellence Monsieur le Ministre de l’Education de l’Angola, Dr. Pinda Simao et de la Secrétaire exécutive de l’ADEA, Mme Oley Dibba-Wadda.

Avant de se rendre sur le terrain, l’équipe  a été reçue par Son Excellence le Secrétaire d’Etat Chargé de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Dr. Narciso Damasio dos Santos Benedito. Cette visite de courtoisie a permis, par ailleurs, de préciser le mandat de la mission.

Ensuite, en compagnie des principaux responsables des équipes nationales des pairs, l’équipe a visité des établissements d’éducation et de formation dans 14 municipalités de 5 provinces choisies par la partie angolaise : Luanda, Bengo, Iuge, Kuanza Sul et Namibe. Partout, elle a été très bien accueillie par les autorités des structures décentralisées et locales y compris des Gouverneurs de régions ou leurs représentants, des membres des gouvernements provinciaux, des directeurs provinciaux d’éducation et des chefs des établissements scolaires. Ces visites ont permis, non seulement de suivre des classes en cours, mais de passer en revue les infrastructures et les équipements scolaires, de s’entretenir avec les élèves, et les apprenants adultes, de discuter avec les maitres, et de s’entretenir avec l’encadrement scolaire à des niveaux variés.

De retour à Luanda, l’équipe des pairs internationaux a rencontré ses homologues restés à la capitale et a eu une séance de débriefing avec le Ministre de l’Education nationale, accompagné de ses 2 Secrétaires d’État et de l’ensemble des cadres du ministère, y compris le Dr. Aldo, conseiller du Ministre, Prof. Mayimona, le point focal de l’ADEA en Angola et Dr. Cabral, le rédacteur principal du Plan d’action en cours d’exécution. Lors de cette séance les conclusions de la mission ont été présentées et discutées. L’ensemble du processus a culminé avec trois discours des dirigeants angolais de l’éducation.

L’allocution de l’ADEA, qui a été prononcée  par le coordonnateur de la revue par les pairs, Prof. Bah-Lalya, a souligné les principaux défis et opportunités constatés lors de la revue. Ensuite il a fait quelques observations pour améliorer les performances externes et internes du système dans les six domaines sur lesquelles devait porter la revue et a présenté les recommandations majeures qui ont été faites par la mission avant de donner la parole au consultant principal de la revue, M. Jean Mary A. Byll Cataria, ancien Secrétaire exécutif de l’ADEA.

M. Byll-Cataria, a complété la présentation en insistant sur les aspects positifs de l’éducation angolaise, entre autres : une vision d’une éducation/formation au service du développement social, économique et culturel du pays, et qui se traduit par une gouvernance administrative et technique de proximité, des infrastructures adéquates aux niveaux national, provincial et municipal, la qualité des équipements, la qualité des ressources humaines disponibles au niveau des directions techniques des provinces et municipalités visitées, et aussi par la volonté de s’informer de ce qui se passe dans d’autres pays et d’échanger d’expertise et d’expérience.

A la suite de ces deux brèves interventions, la parole a été  donnée aux experts qui, chacun dans son domaine, a présenté ses observations et recommandations à court et moyen terme. Il s’en est suivi des débats très riches.

C’est à la suite de ces débats et pour conclure que Son Excellence Monsieur le Ministre a souligné que : ”la mission de l’ADEA a abattu un excellent travail qui va contribuer à la paix et à l’harmonie en Angola. La profondeur des observations de l’équipe des pairs indique qu’elle a fait un excellent travail. Il y a eu un réel dialogue de famille. Comme si bien suggéré, nous continuerons à édifier des zones libres d’analphabétisme, à chercher un meilleur équilibre entre les régions, à opérer à la révolution qualitative de l’enseignement, à renforcer la formation des professeurs qui est le garant de cet enseignement de qualité, à renforcer la capacité des personnels d’encadrement. Bref, l’Angola est un vaste chantier où tout est prioritaire alors que les ressources sont limitées. Mais nous nous assurerons que l’éducation est au centre des priorités. Nous attendons votre rapport final avec grand intérêt afin de donner une force de proposition renforcée à la politique éducative angolaise. On contactera soit individuellement, soit collectivement, les experts de l’ADEA pour approfondir certains aspects. Dans ce cadre, une attention particulière sera portée à des domaines tels que la formation des enseignants et des encadreurs pédagogiques, la formation technique et professionnelle, l’éducation des adultes et les bibliothèques scolaires ».

A son niveau, Son Excellence le Secrétaire d’Etat a voulu souligner que : « La mission de l’ADEA a correspondu aux attentes. Les travaux de l’Association vont dans le sens de la mise en œuvre de la vision énoncée par le Président de la République. La responsabilité de réaliser les recommandations que l’ADEA a formulées incombera à tous les partis politiques angolais, à toutes les parties prenantes. » 

La mission de la revue par les pairs s’est donc déroulée dans d’excellentes conditions et a abouti à des recommandations réalistes et réalisables. Il appartient, à présent aux deux parties de tout mettre en œuvre pour voir celles-ci matérialisées par des politiques et des pratiques à la hauteur des sérieux enjeux de ce pays, profondément marqué par deux douloureuses guerres et par la crise du pétrole qui risque encore de remettre en cause certains acquis de la paix chèrement acquise.   

Contact :

Prof. Ibrahima Bah Lalya, Coordinateur du Groupe de travail de l’ADEA sur l’éducation non formelle (GTENF), Tel. + 226 50 36 58 45 | [email protected]