Pôles de qualité inter-pays (PQIP)

Contexte et historique

Les pôles de qualité inter-pays jouent un rôle de catalyseur pour la capitalisation des différentes expériences éducatives novatrices en Afrique et pour la mise en œuvre des leçons que chaque pays ou groupe de pays en tire pour le renforcement de leurs programmes. En effet, ces pôles regroupent des représentants des Ministères de l'Education autour d'un défi inscrit comme priorité nationale et mis en œuvre dans un programme en cours. Les pays concernés constituent un réseau d'échanges et de partage des problèmes rencontrés et des solutions expérimentées. Ils s'engagent solidairement dans une démarche de résolution de problèmes où ils sont appuyés par une ou plusieurs institutions nationales et/ou régionales spécialisées alliées à un partenaire stratégique (Groupe de Travail de l’ADEA et/ou institution internationale experte).

Le partage entre pairs et l'appui de l'expertise concourent au renforcement des capacités en situation de service pour les acteurs engagés à la fois dans le réseau au niveau régional et dans la mise en œuvre de leurs programmes au niveau national.

Depuis la création du groupe de travail Ad-Hoc sur la Qualité de l'éducation en 2002, l'ADEA a initié plusieurs PQIP comme mécanisme de suivi des biennales 2003 et 2006.

Suivi de la Biennale de Maputo (mai, 2008)

Pour la suite à donner à la biennale de Maputo, il s'agira donc pour l'ADEA de définir une approche très souple et pragmatique, afin d'identifier d'une part les initiatives prises par des groupes de pays en relation avec les leçons tirées des expériences porteuses présentées au cours de la biennale, d'analyser les implications de ces initiatives en terme d'objectifs opérationnels, d'approches méthodologiques et conceptuelles, de rôles et de responsabilités, et de définir ensemble - ministères, agences de coopération, groupes de travail, Secrétariat, etc… - les processus, étapes et modalités de mise en œuvre des activités découlant de ces initiatives.

Pour la constitution des pôles de qualité inter-pays, il convient d'être flexible et pragmatique et envisager les possibilités suivantes :

  • Regroupement selon les 6 régions actuellement représentées au sein de l'ADEA (Afrique australe, Afrique centrale, Afrique occidentale, Afrique orientale, Afrique du Nord et Océan indien).
  • Regroupement autour de dynamiques en cours dans le domaine de l'éducation (SACMEQ, PASEC) ou autre (PALOP) ou autour de Communautés économiques régionales (SADEC, CEDEAO, CEMAC, etc…).
  • Regroupement d'un certain nombre de pays autour de défis communs et de thématiques communes (formation des enseignants, utilisation des langues nationales, post-primaire, formation pré-professionnelle et professionnelle, éducation en milieu rural, etc…).

Considérant que l'initiative des dynamiques des pôles de qualité inter-pays est avant tout du ressort des pays concernés, et dans le but de démarrer rapidement les activités de suivi de la biennale de Maputo ou d'autres initiatives prises au niveau des pays ou des régions, les étapes suivantes sont proposées.

  • Les ministres membres du Bureau ou d'autres ministres identifient au niveau de leur région un défi commun à plusieurs pays et un thème d'intérêt commun.
  • Ils échangent avec leurs pairs et décident du processus à initier et les différentes étapes et modalités (concertations sous-régionales, constitution éventuelle d'équipes de travail, définition d'objectifs partagés, de résultats attendus, d'activités à mener ensemble, et de dates butoirs).
  • Ils précisent aussi leurs attentes par rapport à d'éventuels appuis/accompagnements de partenaires tels que des institutions de recherche pédagogique, des agences de coopération, des groupes de travail de l'ADEA, le Secrétariat de l'ADEA, etc…
  • Ils identifient - si possible - au niveau de leurs régions, les agences ou institutions intervenant dans le domaine choisi et susceptibles d'appuyer leurs initiatives.
  • Ils établissent directement le dialogue avec leurs représentants aux niveaux régional ou national.
  • Ils informent le Secrétariat de l'ADEA de leurs initiatives et précisent leurs attentes par rapport à son appui éventuel.

Les Groupes de travail de l'ADEA

Quant aux groupes de travail, suivant l'évolution de leurs activités et des informations dont ils disposent dans les différents pays et au niveau des régions :
  • Ils informent les ministres et le Secrétariat des préoccupations pouvant faire l'objet d'initiatives sous régionales ou régionales.
  • Ils identifient les expertises individuelles et institutionnelles pouvant jouer un rôle au niveau des pôles et portent ces informations à la connaissance des Ministres et du Secrétariat.
  • Ils indiquent aux Ministres et au Secrétariat les rôles et responsabilités éventuelles qu'ils sont capables et prêts d'assumer au niveau des pôles.

Le Secrétariat

  • Echange avec les Ministres et les agences de coopération sur les initiatives en cours ou susceptibles d'être prises au niveau des régions, leurs intérêts et leurs capacités d'appui/accompagnement et sur les modalités de partenariat et d'accompagnement.
  • Discute avec les leaders et coordinateurs de groupes de travail des activités d'appui que les groupes et le Secrétariat peuvent mener pour soutenir les pôles inter-pays.
  • Sur la base de toutes les informations provenant des Ministres, des agences et des groupes de travail, il finalise un plan d'opération de mise en œuvre des activités des pôles inter-pays.

L’ADEA compte actuellement six PQIP